Vitamine B12 injectable

Ampoules B12 Injection 

Vitamine B12 injectable

Injections de B12: Quand sont-elles recommandées? Quels sont les avantages? Que contiennent les ampoules? Détails: molécules, dosages et applications.

Injections de vitamine B12 : une posologie qui a fait ses preuves

Résumé

  • Injections de vitamine B12 ont fait leurs preuves depuis des décennies.
  • Elles sont le moyen idéal de remplir les réserves de l’organisme.
  • Les principes actifs ont des effets très différents.
  • En traitement de maintien, 4 injections par an peuvent suffire.
  • Les additifs des injections sont majoritairement inoffensifs.

Les injections de vitamine B12 sont le mode d’administration le plus ancien et le mieux étudiée de tous. Il y’a quelques années encore, celles-ci représentaient l’unique moyen de traitement de carence en vitamine B12. Elles demeurent encore de nos jours une forme de posologie privilégiée par les médecins et patients souffrants de carence en B12.

Comme la plupart des troubles dus à une carence de B12 proviennent à l’origine de la malabsorption par le système digestif, les injections constituent une moyen idéal et fiable pour contourner ces problèmes et traiter la carence. Le ou les principes actifs sont directement injectés dans le tissu musculaire et entrent directement dans le circuit sanguin sans passer par la voie complexe du système digestif. Pour plus d’informations, consulter l’article malabsorption de vitamine B12.

Les injections présentent des avantages considérables après une longue période de carence pour réapprovisionner rapidement les réserves et pour briser de manière fiable le cercle vicieux de la carence. Avec les comprimés oraux, il est difficile d’administrer des doses aussi importantes de vitamine B12 qui sont réellement assimilées. En effet, l’équivalent d’une injection peut prendre des mois par voie orale. C’est pourquoi la voie sous-cutanée est souvent privilégiée pour le traitement initial de carence.

Test: Les injections de Vitamine B12: Les meilleures préparations

Se rendre directement au test

Ampoules de vitamine B12: différentes molécules existent

En France, on trouve des ampoules de vitamine B12 contenant deux types d’agents actifs comparés dans le tableau ci-dessous. La Cyanocobalamine est une forme artificielle de vitamine B12 très peu présente dans la nature. L‘Hydroxocobalamine, elle, est une forme naturelle facilement trouvable dans les aliments. Ces deux molécules ont fait l’objet de recherches et se sont toutes deux révélées très efficaces. Pourtant, elles demeurent très différentes:

Cyanocobalamine

Agent actif synthétique guère présent tant dans la nature que dans notre organisme. Séparée dans le corps pour être transformée en Methylcobalamine et en cyanure (poison). Les quantité de cyanure sont cliniquement considérées inoffensives.  

Très bon marché et ayant fait l’objet de nombreuses recherches. Bonne résistance et efficace pour les personnes en bonne santé. N’est pas faite pour les fumeurs. Ne pas prendre pendant une période de désintoxication.  

Hydroxocobalamine (ou: Hydroxycobalamin)

Forme naturelle de vitamine B12, elle est fabriquée par de micro-organismes et est présente dans les denrées alimentaires. Doit être transformée dans le corps au préalable, processus facile et ne conduisant à aucun sous-produit toxique. Meilleure assimilation et facilite l’accumulation des réserves. Introduit aussi dans le cadre de désintoxication au cyanure.

Un peu plus cher et ayant fait l’objet de nombreuses recherches. Bonne résistance et efficace. Apporte un meilleur effet dépôt en Cyanocobalamine et est bon moyen pour combler les réserves. A utiliser pendant des périodes de désintoxication. Possible d’espacer les injections sur de longues périodes. 

Injection de vitamine B12 : l’Hydroxocoblamine contre la Cyanocobalamine

L’Hydroxobalamine présente inconditionnellement des avantages. De nombreuses études démontrent que l’Hydroxycobalamine reste bien plus longtemps disponible et qu’elle est mieux assimilée par les cellules, d’où le fait que son administration soit rare. Son absorption par injection intramusculaire est trois fois supérieure à celle de la Cyanocobalamine et son effet dure quatre fois plus longtemps. (1-4)

Vitamin B12 Injektion

Injection de vitamine B12

Avec tout cela, la Cyanocobalamine introduit une charge de cyanure. Ces quantités injectées sont cliniquement considérées absolument sans danger, mais la question est de savoir pourquoi nous prendrions ce mode alors que de meilleures alternatives existent. La Cyanocobalamine a des effets néfastes sur les fumeurs et les personnes souffrant de maladies en liaison avec le cyanure (5).L’Hydroxocobalamine a même un effet de désempoisonnement et fait le lien tant avec le cyanure que le monoxyde d’azote. 

Il a aussi été montré que de hautes doses de Cyanocobalamine administrées à long terme stockent huit fois plus de substances utilisables dans les cellules. Les conséquences de ce processus sont jusqu’à présent confuses.(6)

<

Quand doit-on prendre des injections de B12?

Des recherches récentes ont montré de manière très claire que la prise de comprimés ou capsules orales de vitamine B12 offraient les mêmes résultats thérapeutiques sur le long terme que les injections de vitamine B12 7. Même en l’absence de facteur intrinsèque, une molécule de transport responsable de l’absorption de la vitamine B12, des doses élevées de vitamine B12 permettaient d’absorber de la vitamine B12 par l’intestin grêle via le phénomène de diffusion passive.

Mais alors quand est-ce que les injections de B12 valent la peine d’être administrées? Elles offrent des avantages lorsque:

  • Les réserves de l’organisme on besoin d’être restaurées rapidement.
  • Le patient préfère une injection ponctuelle (4 / an) plutôt qu’une ou plusieurs pilules par jour.
  • Suite à une ablation de l’iléon
  • Infection parasitaire importante dans le système digestif

Un autre avantage des ampoules de vitamine B12 sont leur haut degré de pureté: elles ne contiennent que des molécules actives, de l’eau, et du chlorure de sodium (sel). De ce fait elles présentent des avantages considérables en comparaison avec les comprimés, pastilles ou dragées de vitamine B12 qui contiennent souvent des adjuvants (colorant, agents de texture, arômes artificiels) dont certains sont considérés comme douteux. Les capsules de B12 ou les sprays ou gouttes de B12 sont des options judicieuses offrant bien souvent des préparations pures.  

B12 injectable, mode d’emploi

La vitamine B12 est injectée dans le muscle (voie intramusculaire). Les injections sous-cutanées sont également possibles, mais plus désagréables. La vitamine B12 par voie intraveineuse est également possible mais plutôt inhabituelle.

Naturellement, cette voie d’administration représente un plus grand risque que la voie orale et nécessite impérativement la supervision d’un médecin. Comme dans le cas des patients diabétiques il est possible après confirmation auprès du médecin que ces injections puissent être auto-administrées. Il faut cependant connaitre et respecter un grand nombre de règles d’hygiène afin d’effectuer cette opération en toute sécurité. En plus de la seringue (remplisseur à jauge et aiguille), il faut également disposer de compresses alcoolisées.

Mais comme de nombreuses personnes ne se sentent pas en mesure de pratiquer une auto-administration régulière, ce traitement demeure encore souvent une pratique courante réservée aux médecins.

B12 en injection: les risques

Les injections de vitamine B12 présentent les mêmes risques que toutes les autres injections:

  • Celles-ci doivent impérativement êtres faites avec une canule et une aiguille neuve et propre. (Hygiène)
  • La peau doit être désinfectée avec une compresse alcoolisée. (Risque de contamination par des germes ou bactéries)
  • Normalement, on utilise deux aiguilles, une pour le remplissage, une pour l’injection. (Risque de bris de l’aiguille)
  • Il peut apparaitre un petit hématome, „un bleu“ si l’injection est mal administrée. (Risque de coagulation)
  • L’injection peut toucher des nerfs ou la face osseuse. (Risque de douleur)
  • Des bris d’ampoule (en verre) peuvent entre dans la solution et endommager des organes 8-9. (risque de manipulation)

Vitamine B12 injectable: dosage

Les injections de vitamine B12 sont mises en place afin de restaurer rapidement et efficacement les réserves de B12 chez les individus ayant une carence importante liées à la malabsorption de B12 ou pour les patients souffrant d’anémie.

Le traitement se déroule en deux phases. Tout d’abord le patient reçoit des quantités assez élevées de vitamine B12 en injection pendant quelques semaines pour restaurer les réserves de l’organisme: les fabricants recommandent 6 à 10 injections de 1000 à 1500 µg par semaines. Par la suite, le patient se trouve dans une phase de maintien qui permet de subvenir aux besoins quotidiens: les fabricants recommandent ici 100 µg/mois.

En ce qui concerne le dosage, il faut veiller au fait que les différentes formes de B12 soient emmagasinées de manières très différentes par l’organisme après injection. En effet l’assimilation varie d’une molécule à l’autre et aussi en fonction du dosage:

1000 µg

150 – 200 µg (15-20 %)

700 µg (70 %)

100 µg

55 µg (55 %)

70 µg (70 %)

Il en est de même sur la durée: alors que les niveaux de Cyanocobalamine chutent très rapidement après injection, l’Hydroxocobalamine circule dans l’organisme pendant beaucoup plus longtemps, car cette dernière se lie à une protéine dans le sang. De ce fait avec l’Hydroxocobalamine, la concentration dans le sérum sanguin reste élevé pendant des semaines offrant ainsi une recouvrement des réserves de B12 plus équilibré 10.

En se basant sur les découvertes sur les performances des différentes formes d’injections de B12, nous pouvons proposer des recommandations légèrement différentes de celles proposées par les producteurs de vitamine B12. Pour un individu normal et en bonne santé, les réserves de l’organisme s’élèvent environ à 2500 µg et les besoins journaliers se trouvent dans la zone des 3 µg. En fonction de ces informations et de ces rapport récents, nous proposons les recommandations suivantes:

Remplissage des réserves

5 à 8 semaines: 2 x 1000 µg/semaine

4 semaines: 1000 µg/semaine ou 1-3 semaine 2 x 1000 µg/semaine

Phase de maintien

100 µg toutes les 2-3 semaines ou 1000 µg/ mois

1000 µg tous les 3-6 mois

On aperçoit bien ici les avantages pratiques des injections de vitamine B12 en comparaison aux préparations orales: pour la plupart des patients, une injection tous les trois à six mois est beaucoup moins contraignante que la consommation quotidienne de compléments alimentaires.

Ampoules de B12 – Les additifs

Comme il à été mentionné plus haut, les ampoules de B12 ne contiennent pratiquement aucun additifs. Voici un listes de ceux qui peuvent cependant être présents.

Chlorure de Sodium

Sel de cuisine dans le langage de tous les jours, inoffensif, sauf en cas d’excès de sodium, de chlorure dans le sang, ou de déshydratation des cellules. 

Hydroxyde de Sodium, Soude caustique (E 524)

Considéré comme inoffensif, autorisé pour les aliments bio, et la nourriture pour enfant.

Acide acétique (E 260)

Considéré comme inoffensif.

Acétate de Sodium (E 262)

Considéré comme inoffensif.

Acide Chlorhydrique (E 507)

Acide puissant, les quantités dans les médicaments sont considérées comme inoffensive. Certains personnes ont des réactions négatives à cet additif.

Orthophosphate de sodium (E 339)

Considéré comme inoffensif, certaines associations de protection des consommateurs mettent en garde contre la consommation de grande quantités de Phosphore.

Injections de B12, une bonne alternative? 

Du fait du grand degré de pureté de ce type de traitement, et de l’aspect pratique qui est avantageux (si on n’a pas de problèmes avec les aiguilles), les injections représentent une excellente alternative de traitement. D’un point de vue clinique, cette solution fait ces preuves car le pourcentage d’assimilation effective est très élevé dans cette voie d’administration de la vitamine B12.

Il en est de même pour les individus suivant un régime végane ou végétarien, qui peuvent vivre en tout sérénité avec seulement 4 injections par an. Cela représente ainsi une solution simple, bon marché et efficace. Le seul argument contradictoire se situe du point de vue naturopatique. En effet, il est plus naturel pour notre organisme de bénéficier quotidiennement de petites quantités stables plutôt que d’inonder ponctuellement le système avec des quantités importantes de B12. 

Sources

  1. Keith Boddy, Priscilla King, L. Mervyn, A. Macleod, J.F. Adams, Retention of cyanocobalamin, hydroxocobalamin, and coenzyme B12 after parenteral administration, The Lancet, Volume 292, Issue 7570, 28 September 1968, Pages 710-712, ISSN 0140-6736, http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(68)90752-6.
  2. Glass GB, Skeggs HR, Lee DH, Jones EL, Hardy WW. Hydroxocobalamin. I. Blood levels and urinary excretion of vitamin B12 in man after a single parenteral dose of aqueous hydroxocobalamin, aqueous cyanocobalamin and cyanocobalamin zinc-tannate complex. Blood. 1961 Nov;18:511-21. PubMed PMID: 13899122.
  3. Begley JA, Green-Colligan PD. The availability of therapeutic hydroxocobalamin to cells. Blood. 1984 Feb;63(2):335-41. PubMed PMID: 6692038.
  4. Glass GBJ, et al. „Hydroxocobalamin V. Prolonged Maintenance of High Vitamin B-12 Blood Levels following a Short Course of Hydroxocobalamin Injections.“ Blood, 1966, Vol. 27, No. 2, pp. 234-241.
  5. Hans C. Andersson, Emmanuel Shapira, Biochemical and clinical response to hydroxocobalamin versus cyanocobalamin treatment in patients with methylmalonic acidemia and homocystinuria (cblC), The Journal of Pediatrics, Volume 132, Issue 1, January 1998, Pages 121-124, ISSN 0022-3476, http://dx.doi.org/10.1016/S0022-3476(98)70496-2
  6. Gimsing P, Hippe E, Helleberg-Rasmussen I, et al. Cobalamin forms in plasma and tissue during treatment of vitamin B12 deficiency. Scand J Haematol 1982;29:311-318
  7. Andres, E., Dali-Youcef, N., Vogel, T., Serray, K. and Zimmer, J. (2009), Oral cobalamin (vitamin B12) treatment. An update. International Journal of Laboratory Hematology, 31: 1–8. doi: 10.1111/j.1751-553X.2008.01115.x
  8. Preston ST, Hegadoren K. Glass contamination in parenterally administered medication. J Adv Nurs. 2004 Nov;48(3):266-70. PubMed PMID: 15488040.
  9. Lye, S. T. and Hwang, N. C. (2003), Glass particle contamination: is it here to stay?. Anaesthesia, 58: 93–94. doi: 10.1046/j.1365-2044.2003.296812.x
  10. Hertz, H., Kristensen, H. P. Ø. and Hoff-JØrgensen, E. (1964), Studies on Vitamin B12 Retention Comparison of Retention Following Intramuscular Injection of Cyanocobalamin and Hydroxocobalamin. Scandinavian Journal of Haematology, 1: 5–15. doi: 10.1111/j.1600-0609.1964.tb00001.x



Schreib einen Kommentar