Homocystéine et Vitamine B12

Le nouveau cholestérol 

Homocystéine et Vitamine B12

Certaines publications médicales l’appellent “le nouveau cholestérol” mais pourtant elle est bien souvent méconnue du grand public.

Homocystéine élevée, cause de nombreuses maladies

Certaines publications médicales l’appellent „le nouveau cholestérol“ mais pourtant elle est bien souvent méconnue du grand public. L’homocystéine est un acide aminé qui semble être associé de près ou de loin à un grand nombre de problèmes de santé graves. En effet, cette molécule participe à la dégradation des vaisseaux sanguins et entraîne donc potentiellement des pathologies comme l’hypertension, des infarctus du myocarde ou accidents cardio-vasculaires.1-2 Par ailleurs, l’hyperhomocystéinémie est nuisible au niveau cellulaire et peut donc provoquer la démence, la maladie d‘AlzheimerDes liens avec d’autres pathologies telles que la dépression, des troubles oculaires et l’ostéoporose sont en cours d’étude.

Pendant longtemps, seuls 50% des infarctus et des accidents vasculaires pouvaient être expliqués par la médecin, c’est pourquoi une recherche intense a été menée sur les facteurs de risques. L’homocystéine a permis d’élucider partiellement cette ancienne énigme médicale. De nos jours, on considère que 10% des infarctus et des accidents vasculaires sont attribuables à un niveau d’homocystéine trop élevée. 4-5

À haute dose, l’homocystéine endommage directement les cellules. De ce fait, on la désigne parfois comme un „poison cellulaire“. Toutefois, cet attribut porte quelque peu à confusion, car l’homocystéine est un précurseur naturel et essentiel du métabolisme. Cependant, elle conduit à l‘épaississement du sang – ce qui lui donne un double caractère de promotion des risques cardio-vasculaires. 6

Homocystéine et apports en vitamine B12

Lorsque l’organisme fonctionne bien, l’homocystéine est un produit métabolique intermédiaire qui agresse les cellules et qui est transformé en d’autre molécules favorables pour l’organisme comme la S-Adénosylméthionine (SAM), base de nombreux processus importants pour rester en bonne santé. La transformation de l’homocystéine se fait en plusieurs étapes métaboliques et requiert pour se dérouler normalement la présence de vitamine B12 et B9 (acide folique), ou plutôt d’acide tétrahydrofolique, un coenzyme dérivé de l’acide folique. À défaut de ces vitamines, l’homocystéine ne peut être reconverti et s’accumule dans l’organisme. Progressivement, cette accumulation aboutit à une situation critique pour notre santé.

homocysteine-vitamineb12-convertion

L’homocystéine peut être malgré tout convertie (par des voies alternatives) en méthionine dans le foie et les reins par l’intermédiaire de la bétaïne, ou encore en cystéine par action de la vitamine B6. On peut donc affirmer que les facteurs précurseurs les plus importants pour la conversion de l’homocystéine sont la vitamine B12 (méthylcobalamine et cobalamine), l’acide folique (vitamine B9 et ses dérivés), la vitamine B6 et la bétaïne. Toutefois c’est la vitamine B12 et l’acide folique qui ont le rôle le plus important.

Homocystéinémie, indicateur de carence en vitamine B12

Du fait de l’interdépendance entre homocystéine et vitamine B12, l’homocystéine peut être un indicateur indirect d’une carence en vitamine B12. Un niveau élevé d’homocystéine, aussi appelé homocystéinémie ou hyperhomocystéinémie, indique souvent une carence en vitamine B12, mais comme nous l’avons expliqué plus haut, il peut aussi provenir d’apports insuffisants en vitamine B9 (acide folique et ses dérivés). Comme le test de sérum sanguin n’est pas fiable pour détecter une carence en vitamine B12, on a parfois recours à un test du niveau d’homocystéine pour pouvoir interpréter de manière plus fiable la situation. 

Homocystéine, dosage

Les chiffres ci-dessous sont les différents paliers de mesure de l’homocystéine dans le sang. Ils permettent une évaluation de la situation :

Normal

< 8 – 10

Niveau élevé

10 – 12

Niveau critique (Prise en main urgente)

> 12

Véganes et personnes âgées, personnes à risque

On trouve fréquemment des niveaux élevés d’homocystéine chez les individus suivant un régime vegan et les personnes âgées. La cause est bien souvent une carence en vitamine B12 chez ces individus. En effet, les vegans ne mangent pratiquement aucun aliment contenant de la vitamine B12, mais la situation est différente chez les personnes âgées. Elles souffrent souvent de carence du fait de troubles de l’assimilation de cette vitamine, aussi connue sous le nom de malabsorption. On estime que 40 à 60% des personnes âgées ont des niveaux élevés d’homocystéine.

D’autres éléments favorisant l’augmentation de l’homocystéine est la consommation de café et d’alcool, ainsi que certain médicaments, certaines maladies de l’estomac, des intestins ou du foie. Pour plus d’informations ,vous pouvez consulter l’article sur les Carences de vitamine B12.

Homocystéine, seulement un indicateur ?

La classification de l’homocystéine comme facteur à risque est aussi vue de manière critique. Le Prof. Norbert Fuchs argumente que l’homocystéine n’est pas à considérer comme favorisant l’apparition de maladies, mais plutôt comme signal d’une carence nutritive. C’est selon cette carence que le problème se développe, plutôt que l’homocystéine en elle-même. La présence d’un niveau élevé de cet acide aminé est uniquement un indicateur de troubles de la conversion des groupes méthyles. Ces éléments ont un rôle central dans la construction et la régénération cellulaire de même que dans l’hématopoïèse (création et le renouvellement des cellules sanguines), dans le métabolisme cardio-vasculaire, ainsi que dans la synthèse des neurotransmetteurs. 

Ces processus essentiels à notre survie engagent également d’autres éléments chimiques dont principalement : la choline, la bétaïne, la vitamine B6, la vitamine B12 (Méthylcobalamine), la vitamine B9 (et ses dérivés dont les Tétrahydrofolates) et la S-Adénosylméthionine (SAM). Ces molécules ont toutes une relation plus ou moins directe avec le processus de conversion de l’homocystéine et les cause des différentes pathologies associées. Il n’y a pas de traitement rapide pour faire baisser le niveau d’homocystéine mais il est nécessaire de veiller à un contrôle attentif des apports équilibrés en nutriments.

Réduire l’homocystéine avec des vitamines ?

Que l’homocystéine soit uniquement un marqueur de dégradation de la santé ou bien une substances toxique, si le niveau sanguin est trop élevé, il est important de chercher à le réduire. Le meilleur moyen de prévention contre cette situation préoccupante est de veiller à avoir des apports suffisants en vitamines et nutriments participants à son métabolisme. Les éléments les plus importants à mettre en cause sont la vitamine B12 et B9 (acide folique) – et plus rarement la vitamine B6 ainsi que la bétaïne.

En plus de préparations de vitamine B12, il existe aussi des complexes de vitamines spéciaux qui permettent d’ajuster ce problème. Ces traitements assurent une réduction de l’homocystéine (ou un maintien au bon niveau) par le biais d’apports en vitamines participant à sa conversion en S-Adénosylméthionine. La nécessité de ce genre de mesure peut être facilement évaluée par un test sanguin auprès de votre médecin traitant. Il peut être recommandé aux personnes suivant un régime vegan ou aux personnes âgées de se renseigner à ce sujet pour éviter les nombreux désagréments associés à une carence en vitamine B12 ou un niveau trop élevé d’homocystéine. 

Sources

1 Fanapour PC, Yug B, Kochar MS. Hyperhomocysteinemia: an additional cardiovascular risk factor. WMJ. 1999 Dec;98(8):51-4. Review. PubMed PMID: 10639897.
2 van Beynum IM, Smeitink JA, den Heijer M, te Poele Pothoff MT, Blom HJ. Hyperhomocysteinemia: a risk factor for ischemic stroke in children. Circulation. 1999 Apr 27;99(16):2070-2. PubMed PMID: 10217643.
3 SESHADRI, Sudha, et al. Plasma homocysteine as a risk factor for dementia and Alzheimer’s disease. New England Journal of Medicine, 2002, 346. Jg., Nr. 7, S. 476-483.
4 Christine Vetter. Homocysteinämie – Risikofaktor für Herz und Gefäße. Zahnärztliche Mitteilungen 23/2003
5 Stanger O, Herrmann W, Pietrzik K, Fowler B, Geisel J, Dierkes J, Weger M; DACH-LIGA Homocystein e.V. DACH-LIGA homocystein (german, austrian and swiss homocysteine society): consensus paper on the rational clinical use of homocysteine, folic acid and B-vitamins in cardiovascular and thrombotic diseases: guidelines and recommendations. Clin Chem Lab Med. 2003 Nov;41(11):1392-403. Review. Erratum in: Clin Chem Lab Med. 2004 Jan;42(1):113-6. PubMed PMID: 14656016.
6 Guilland JC, Favier A, Potier de Courcy G, Galan P, Hercberg S. [Hyperhomocysteinemia: an independent risk factor or a simple marker of vascular disease?. 1. Basic data]. Pathol Biol (Paris). 2003 Mar;51(2):101-10. Review. French. PubMed PMID: 12801808.
7 Norbert Fuchs. Homocystein – Risikofaktor, der keiner ist. PharmaTimes, 04/2011




Schreib einen Kommentar