Vitamine B12, grossesse et allaitement

B12 enceinte  

Vitamine B12, grossesse et allaitement

Vitamine B12 grossesse et allaitement: Carence en B12 conséquences sur la mère l’enfant. La vitamine B12 un rôle central dans la croissance de l’enfant.

Vitamine B12 pendant la grossesse

La vitamine B12 joue un rôle central dans le développement et le fonctionnement du système nerveux, du cerveau, et de l’organisme en général. De plus, pendant la période de gestation, le foetus nécessite de la vitamine B12 afin de se développer correctement. Ces apports en vitamines et nutriments essentiels à la croissance du foetus dépendent de l’organisme de la mère. C’est pour cela que les femmes enceintes doivent veiller à ce que leur besoins en vitamine B12 soient amplement assouvies. 

La concentration en vitamine B12 (cobalamine) dans le placenta et le sang d’un nouveau né est environ deux fois supérieurs à celles mesurables dans le corps de la mère, signe que cette vitamine joue un rôle important dans cette phase rapide de croissance.

Carence en B12 et grossesse

Une carence en vitamine B12 pendant la grossesse peut – comme un croissance en vitamine B9 (Acide Folique) – entrainer des complication sévères pour l’enfant. Dans les cas les plus sévères une fausse couche, le coma, ou des dommages neurologiques1-2.

Dans le cas d’enfant souffrant de légère carence en B12, les problèmes de croissance peuvent être compensés dans la mesure ou après quelques mois de traitement le développement de leur capacités cérébrales et motrices seront approximativement équivalents à ceux d’enfants de leur groupe d’âge.

Toutefois, la mesure dans laquelle cette situation affecte le développement optimal de la personne sur le cours de sont existence ne peu pas être évalué avec précision.

Vitamine B12 pendant l’allaitement

Après la naissance pendant la période d’allaitement et au delà, le corps, le cerveau et le système nerveux de l’enfant se développe à une rapidité époustouflante. Les besoins journalier en vitamine B12 de la mère sont encore supérieurs à la période de grossesse. C’est pour cela qu’il faut scrupuleusement veiller à subvenir aux besoins en B12 de la mère. Les premiers mois d’existence sont cruciaux pour la formation du cerveau, du système nerveux et de la santé en général. Une carence pendant cette période peut avoir des conséquence néfastes sur l’existence futur de l’enfant.

Le lait maternel contient approximativement la même concentration de vitamine B12 que le sang de la mère. La mère tire de son alimentation des apports en B12 pour répondre non seulement à ses besoins mais aussi à ceux de l’enfant qu’elle allaite. 

Des études sur les enfants de personnes strictement vegans et végétariens ont montrés que ces derniers souffraient très souvent de carences latentes, et dans bien des cas qu’ils étaient sujets à divers problèmes de croissance 3-9. Nombreuses sont les études scientifiques ayant documenté le fait qu’une carence légère de la mère peut malheureusement entrainer une carence sévère chez l’enfant.

Femme vegane enceinte

Les résultats drastiques des études cités plus haut montrent que B12 les apports de l’enfant en vitamine B12 sont un problème très sérieux, surtout pour les végétaliens et végétariens. Heureusement, il n’est pas nécessaire d’ajuster le mode de vie végétalien pendant la durée de la grossesse. Cependant, les mères (enceintes ou allaitantes) végétariennes et végétariennes sont parfois surprises par des puissantes envies de viande ou de poisson pendant cette période de leur existence. Il s’agit généralement d’une indication que le corps nécessite des apports supplémentaires en nutriments essentiels comme le Fer ou la vitamine B12.

En plus d’apports supplémentaires en vitamine B9 (acide folique), recommandé de nos jours par pratiquement tous les médecins il est de plus en plus fréquent que ces derniers encourage la prise de suppléments de vitamine B12. Naturellement, cela s’applique particulièrement aux femmes végétariennes ou veganes pendant la période de grossesse et d’allaitement. Il va sans dire que prendre le risque de développer une carence chez l’enfant n’est pas une option raisonnable.

Pendant la grossesse, il n’est pas rare que le gynécologue ou le médecin traitant prescrive des test sanguins des marqueurs du Fer et de l’acide folique. À ce moment la il est recommandé aux femmes végétarienne ou veganes de notifier leur médecin et de faire mesurer gratuitement en même temps le niveau de vitamine B12.

Vitamine B12 pour le nouveau né?

Après la période d’allaitement, lorsque l’enfant n’est plus ou plus exclusivement nourri au sein, de nombreux parent vegans auront naturellement tendance à nourrir leur enfant de cette manière. Cependant il faut faire très attention. Les parents ayant bien souvent débuté leur démarche vegane à l’âge adulte ont généralement d’amples réserves corporelles de vitamine B12 que les enfant n’ont pas encore eu le temps de former.

Sauf carence de la mère, les apports en vitamine B12 sont assurés dans le ventre de la mère et par le lait maternel, mais malheureusement ne suffisent pas pour former des réserves dignes de ce nom. C’est ainsi qu’il faut veiller à ce que les enfants (jeunes et mois jeunes) disposent d’apports nécessaires pour répondre à leur AJR (apports journaliers recommandés) mais aussi pour constituer ses réserves corporelles très importantes à leur santé et leur développement. À défaut un carence peut apparaitre rapidement. De ce fait, dés les premières années la prise de compléments alimentaires peut dans certain cas être utile.

Pour les enfants, on recommande souvent les sprays de vitamine B12 car ils sont faciles d’utilisation, et contrairement aux comprimés ou gélules le fait de devoir avaler n’est pas un problème.

Vitamine B12 pour enfant

Nous prenons comme référence les AJR (apports journaliers recommandés) de l’association allemande pour la nutrition (DGE: Deutsche Gesellschaft für Ernährung). Selon ces AJR représentent plutôt les apports minimums pour prévenir une carence pour des individus en très bonne santé avec une réserve corporelle de B12 pleine. Comme pour les adultes, le dosage des préparations pour les enfants ou en période d’allaitement peuvent être fortement supérieurs aux AJR. Voici des dosages possibles:

Nouveau Né

0 – 4 Mois

0,4

Apports par le lait Maternel

4 – 12 Mois

0,8

3-10 µg tous les 5 jours

Bébé 

1 – 4 ans

1,0

3-10 µg tous les 2 jours 500 µg/semaine

4 – 7 ans

1,5

3-10 µg tous les 2 jours
500 µg tous les 5 jours

Jeune enfant

7 – 10 ans

1,8

50 µg /jour*

10 – 13 ans

2,0

50 µg /jour

Adoléscent / Adulte

À partir de 13 ans

3,0

150 – 500 µg /jours

Femme enceinte

3,5

250 – 500 µg /Jours

Allaitement

4,0

500 µg /Jours

* Les écarts importants de dosage s’expliquent par le fait que le mécanisme d’assimilation par le facteur intrinsèque (1,5 µg) peut être troublé. Dans ce cas l’organisme peut quand même absorber la vitamine B12 par transport passif mais seulement 1% de la dose ingérée.

Vitamine B12, une vitamine essentielle

La vitamine B12 fait partie des vitamines essentielles à notre santé. En cas de doute sur les apports en vitamine B12, il est particulièrement important pendant la grossesse ou l’allaitement de rapidement tester et de subvenir aux besoins accrus de l’organisme pour éviter une risque pour la mère comme pour le développement de l’enfant.

Sources

1 Allen, Lindsay H. Vitamin B12 metabolism and status during pregnancy, lactation and infancy. In: Nutrient Regulation during Pregnancy, Lactation, and Infant Growth. Springer US, 1994. S. 173-186.
2 Molloy, Anne M., et al. „Effects of folate and vitamin B12 deficiencies during pregnancy on fetal, infant, and child development.“ Food & Nutrition Bulletin 29.Supplement 1 (2008): 101-111.
3 Simsek, Özlem Pelin, et al. „A child with vitamin B12 deficiency presenting with pancytopenia and hyperpigmentation.“ Journal of pediatric hematology/oncology 26.12 (2004): 834-836.
4 Sklar, Ronald. „Nutritional vitamin B12 deficiency in a breast-fed infant of a vegan-diet mother.“ Clinical pediatrics 25.4 (1986): 219-221.
5 Stollhoff, K., K. H. Bentele, and F. J. Schulte. „Vitamin B12 und Hirnentwicklung.“ Aktuelle Neuropädiatrie 1986. Springer Berlin Heidelberg, 1987. 407-411.
6 Lövblad, Karl-Olof, et al. „Retardation of myelination due to dietary vitamin B12 deficiency: cranial MRI findings.“ Pediatric radiology 27.2 (1997): 155-158.
7 Codazzi, Daniela, et al. „Coma and respiratory failure in a child with severe vitamin B12 deficiency.“ Pediatric Critical Care Medicine 6.4 (2005): 483-485.
8 Weiss, Rachel, Yacov Fogelman, and Michael Bennett. „Severe vitamin B12 deficiency in an infant associated with a maternal deficiency and a strict vegetarian diet.“ Journal of pediatric hematology/oncology 26.4 (2004): 270-271.
9 Wighton, M. C., et al. „Brain damage in infancy and dietary vitamin B12 deficiency.“ The Medical Journal of Australia 2.1 (1979): 1-3.




Schreib einen Kommentar