Carence de vitamine B12 et démence

Démence et vitamine B12 

Carence de vitamine B12 et démence

Les études actuelles affirment qu’une carence en vitamine B12 augmente les risques de démence. Est-ce qu’un traitement de vitamine B12 peut aider?

Tribune par une auteure invité: Démence et micronutriments

L’apparition de la démence sénile provient principalement de l’appauvrissement des apports en micro-nutriments dans l’organisme. C’est une pathologie qui concerne principalement les seniors qui ont une alimentation insuffisante et/ou déséquilibrée ainsi que des capacités d’assimilation restreintes des nutriments provenant de la nourriture. Mais alors quel lien y a t-il exactement entre les micro-nutriments et le développement de la démence? Quel rôle a la vitamine B12 dans cette équation complexe?

Afin de répondre à cette question, nous avons recueilli les commentaires de Brigit Schiel, spécialiste de la micro-nutrition et de la santé vivant en Allemagne.

Carences alimentaires et déficit cognitif

Des études ont démontré que la vivacité d’esprit (la puissance intellectuelle, la mémoire, etc) est favorisée par la présence d’apports nutritifs optimaux. Mais les personnes âgées ont de plus en plus de mal à assimiler des quantités suffisantes de micronutriments par l’alimentation du fait des changements de comportement alimentaire lié à l’âge et des mécanismes de résorption de l’organisme qui sont souvent affaiblis.

Stress oxydatif et neuro-dégénérescence

Les micronutriments participent activement à la protection des cellules nerveuses contre le stress oxydatif et un effet antagoniste sur les processus d’oxydation tels que l’artériosclérose et améliore ainsi la micro-circulation sanguine dans le cerveau. De même, ils améliorent la métabolisation de l’homocystéine et les processus anti-inflammatoires.

Micronutriments et prévention des maladies démentielles

Les micronutriments suivants ont une importance capitale dans le maintien des capacités cognitives:

  • Les vitamines du groupe B (dont acide folique et la vitamine B12) améliorent le métabolisme énergétique des cellules et la circulation sanguine dans le cerveau;

  • Les Omega-3 (notamment l’acide docosahexaénoïque) jouent un rôle important dans des fonctions centrales du système nerveux;

  • Coenzyme Q10 peut protéger des dommages aux cellules cérébrales et participe à la stabilisation de membranes cellulaires;

  • Acétylcarnitine favorise la distribution des neurotransmetteurs (Acétylcholine), a un effet neuro-protectif et peut améliorer les fonctions cérébrales;

  • Zinc essentiel pour la prévention de la perte de cellules cérébrales. Les niveaux de zinc sont souvent très faibles chez les patients souffrant de démence. Les niveaux de zinc chez les patients atteints de démence sont souvent réduits;

  • Ginkgo contribue à une meilleure circulation sanguine dans le cerveau et une augmentation de la mémoire. 

Carence en vitamine B12, risques de démence accrus

Avec l’âge, une carence en vitamine B12 peut accélérer la perte des capacités cognitives, ce fait a été documenté en 2011 dans le publication „Neurology“. Les résultats de cette étude suggèrent qu’une carence en vitamine B12 (essentielle pour nos fonctions neuronales) peut être un facteur à risque pour l’apparition de maladies démentielles. 

Complexe de vitamines B en cas de troubles cognitifs

Les „facteurs de méthylation“ comme la vitamine B9 (acide folique), la vitamine B12 et B6 peuvent prévenir l’atrophie de la matière grise et donc la perte des facultés cognitives. Une étude menée à l’université d’Oxford sur 156 patients avec des déficiences cognitives légères a pu mettre en évidence ce phénomène. Les patients ont suivi une cure de complexe de vitamines B contenant 800 µg (ou mcg) de vitamine B9, 20 mg de vitamine et 500 µg de vitamine B12. Ce rapport démontre la possibilité de prévenir relativement simplement la perte de neurones spécifiques dans les lobes temporaux.2

Méthylcobalamine, vitamine B12 active

La Méthylcobalamine est une forme de vitamine B12 qui a un rôle dans la croissance des cellules du système nerveux central. La Cyanocobalamine doit d’abord être transformée dans le foie en une forme active (5-Désoxyadénosylcobalamine, Méthylcobalamine) avant d’être métabolisable par l’organisme. Cela n’est évidement possible que si la fonction hépatique correspondante est active. C’est ce facteur qui explique la „supériorité“ de la Méthylcobalamine par rapport à ses homologues du point de vue des processus de régénération de neurones. De même cela explique pourquoi la vitamine B9 (acide folique) est associée à la reconversion de l’homocystéine.

Resumé: vitamine B12 et démence

La vitamine B12 active (méthylcobalamine) représente un bon moyen de prévention potentielle et de traitement contre les pathologies de dégénérescences neuronales, dont la démence. Des contrôles périodiques du niveau de vitamine B12 et de paramètres associés peuvent être recommandés (ex: niveau d’homocystéine, de la vitamine B9 et B6) et peuvent permettre le cas échéant de faire une cure pour préserver des capacités cognitives optimales.

Sur l’auteure:

Birgit SchielDr. Birgit Schiel

Conseillère sociale et coach (spécialisée dans la santé)
Diplôme de sciences médicales – spécialité: Pharmacie
Doctorat en sciences naturelles

Activité professionelle: conseil médical chez Pro Medico

contact: beratung@purecaps.at

Source: 

  1. Vitamin B12, cognition, and brain MRI measures: a cross-sectional examination
  2. Preventing Alzheimer’s disease-related gray matter atrophy by B-vitamin treatment



Schreib einen Kommentar