Vitamine B12 et Vitamine C

vit c vit B12 

Vitamine B12 et Vitamine C

Vitamine B12 dégradée par la vitamine C ? Peut-on les prendre ensemble ? La vitamine C peut-elle nuire à l’absorption de la vitamine B12 ?

La Vitamine C détruit la B12 ?

Il apparaît sans cesse sur internet des rapports mettant en garde sur la prise simultanée de la vitamine C et de la vitamine B12 affirmant que la vitamine C à haute dose détruirait la vitamine B12.  

Jusqu’à aujourd’hui la question ne s’est toujours pas éclaircie, si cet effet existe vraiment ou non. Il est vrai que la vitamine C peut décomposer la vitamine B12 dans des conditions précise en laboratoire. Toutefois, il règne encore un désaccord sur le fait que ce phénomène se déroule également en condition „naturelle“ (biologique).

A ce jour, pas une seule étude scientifique n’a pu mettre en évidence que la vitamine C puisse effectivement inhiber ou entraver l’assimilation de la vitamine B12. Cet article donne un aperçu sur toutes les études publiées jusqu’à présent concernant ce sujet.

Vitamine C incompatible avec la Vitamine B12?

La discussion qui aujourd’hui est principalement menée sur des blogs ou des forums internet, se réfère à l’étude de Herbert et Jacob (1). Ces derniers ont postulé en 1974, que la vitamine C détruisait la vitamine B12 dans le système digestif ainsi que dans le circuit sanguin. Les auteurs craignaient que la prise de vitamine C à haute dose puisse entrainer une carence de vitamine B12. Cependant, cette réflexion était basée sur des études datant des années 1950 qui pouvaient démontrer que la vitamine B12 est partiellement détruite dans une solution aqueuse. (2, 3)

La supposition de Herbert a été contredite par Newmark et. al. deux ans plus tard. En effet, ils ont démontré que, contrairement à la vitamine C, à température corporelle la vitamine B12 d’origine alimentaires est totalement stable. De ce fait, une interaction dans le corps est très peu probable. La vitamine B12 interagit avec des protéines alimentaires la protégeant ainsi de la décomposition. 

En 1978, les chercheurs Herbert et Jacob publient une autre étude. Ils rapportent avoir observé des carences de vitamine B12 chez des patients ayant consommé de la vitamine C à haute dose (5). Cependant, cette observation n’était pas clairement reproductible et apparaissaient seulement chez certaines personnes. Finalement, le rapport de l’étude conclut que ce sont bien les grandes quantités de vitamine C – et non la concentration en vitamine B12 – qui peuvent influencer négativement les valeurs mesurées si l’échantillon est chauffé avant le test d’analyse radiochimique (eng. radioimmunoassay test). Cet effet ne pouvait être atteint ni par la chaleur, ni par la vitamine C mais seulement par la combinaison de ces deux éléments et de valeurs pH précise. La perte apparente de vitamine B12 était probablement due au mode opératoire.  

Cette hypothèse a pu être confirmé en 1980 par une équipe de chercheur dans deux études : La perte apparente de la vitamine B12 dans l’étude initiale d’Herbert était une dégradation due au mode opératoire. (6, 7)

Vitamine C nuit à l’assimilation de la Vitamine B12 ?

La question se pose donc de savoir dans quelle mesure ce phénomène observé en laboratoire (échantillon sanguin) a effectivement un rôle biologique. Au cours des années qui ont suivi, d’autres études ont montré qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter.

Un essai scientifique de 1980 a examiné l’hypothèse d’après différents paramètres physiques. L’auteur en est arrivée à la conclusion que dans certaines conditions précises (températures et pH spécifiques), l’hydroxocobalamine pourrait avoir une fragilité à la vitamine C. Cependant dans l’organisme, les autres formes devraient rester stables en raison de leurs propriétés chimiques. (8)

En 1981 une étude a examiné le niveau de vitamine B12 chez 20 patients qui ont consommé depuis de nombreuses années la vitamine C à haute dose. Aucun effet négatif sur la vitamine B12 n’a pu être constaté. (9)

Watson et. al. ont démontré en 1982 que la vitamine C dans certaines conditions peut réellement attaquer l’Hydroxocobalamine mais que ce n’est probablement pas le cas dans l’organisme (in vivo). L’assimilation de Cyanocobalamine s’améliorerait même en présence de la vitamine C. De plus, aucune assimilation ou destruction de vitamine B12 n’ont été observé chez les sujets ayant pris une dose de 2000mg de vitamine C. (10)

Une seconde étude de cette année a pu démontrer que des parties de Cobalamines peuvent être détruites par la vitamine C et le cuivre, lorsque les préparations multivitaminées sont dissoutes dans l’eau. (11)

Des recherches en laboratoire effectuées sur des rats ont conclu que la vitamine C pouvait même améliorer l’assimilation de Cyanocobalamine. Un phénomène qui a également été observé dans des études précédentes. (12)

En 1999, ce sujet a encore une fois été examiné dans une étude de contrôle. Cette dernière avait pour objectif de comparer le taux sanguin chez 10.000 sujets et de vérifier le niveau de vitamine B12 en présence de fortes doses concentration en vitamine C. Cependant, l’étude n’a trouvé aucun lien similaire. (13)

Ces études ont permit de mettre fin à la spéculation sur ce sujet qui n’a plus été l’objet de recherches scientifique après 1999.

Dégradation de la B12 par la Vitamine C

C’est uniquement en 2014 que les recherches ont repris. Une étude détaillée a pu démontrer qu’en présence de hautes doses de vitamine C, la Cyanocobalamine et l’Hydroxocobalamine en solution aqueuse sont partiellement endommagées à la température ambiante. (14) Ceci a été observé à tous niveaux de pH (de 1 à 8). Cependant, l’effet est le plus élevé lorsque le pH se situe autour de 5. Ainsi, cette étude a confirmé les plus anciennes observations à ce sujet, datant des années cinquante. Pour la première fois, l’étude a pu examiner précisément le taux de décomposition et les différents produits de dégradation.

Les pH étudiés (14) couvrent les niveaux existant lors de la fabrication de compléments alimentaires, de même que les conditions du système digestif humain.

Cette étude suggère notamment que lors de la fabrication à haute dose des préparations multivitaminées, une destruction totale de la vitamine B12 (par la vitamine C) pourrait avoir lieu. Une thèse qui est déjà apparue dans les années 80.

La vitamine B12 interagit avec des protéines alimentaires qui la protège de la décomposition. Dans le corps aussi, la majorité de la vitamine B12 interagit avec différentes protéines comme le facteur intrinsèque ou la transcobalamine. Ce qui immuniserai probablement la vitamine B12 contre les effets négatifs de la vitamine C. 

La question, dans quelle mesure l’interaction joue un rôle avec la vitamine C sous conditions biologiques, reste donc malheureusement encore sans réponse. 

Bilan : Vitamine C et Vitamine B12

Même si en laboratoire la vitamine C peut attaquer certaines formes de la vitamine B12 il n’y a pas de confirmation claire, jusqu’à présent, que ce phénomène se reproduise dans l’organisme. Jusqu’ici aucune étude n’a pu démontrer un effet négatif de la vitamine C à haute dose sur l’assimilation de la vitamine B12.  

Ceci dit, l’interaction négative de la vitamine C sur la vitamine B12 (isolées en laboratoire) est bien connue. Cela peut s’avérer extrêmement important pour les préparations multivitaminées, tous particulièrement pour les solutions aqueuses. 

Lors d’une prise simultanée de vitamine C à haute dose et de vitamine B12, on peut en venir à des interactions théoriques. Particulièrement en l’absence de facteur intrinsèque, protéine permettant l’assimilation de vitamine B12, celle-ci devient alors plus vulnérable. De nombreuses études manquent encore pour prouver clairement ce phénomène. Certaines études informent même que la vitamine C améliore, au contraire, la prise de vitamine B12. 

Jusqu’à présent, il n’y a que très peu de raison de croire à une importante interaction négative entre ces deux vitamines. Pour les personnes souhaitant exclure tous les risques, il est possible de faire une thérapie de vitamine C à haute dose avec plus de 500mg tout en respectant des intervalles de quatre heures à chaque prises de vitamines. 

Sources

  1. Herbert V, Jacob E. Destruction de la vitamine B12 par l’acide ascorbique. JAMA. 1974;230(2):241-242.
  2. Frost DV et al L. Stabilité différentielle de différents analogues de cobalamine à la vitamine C. Science. 1952 Aug 1;116(3005):119-21.
  3. Hastings H. Hutchins, Patricia J. Cravioto, Thomas J. Macek, Une comparaison de la stabilité de Cyanocobalamine et ses analogues dans la solution d’Ascorbate. Journal de l’association pharmaceutique américaine (Scientific ed.), Volume 45, Issue 12, 1956, Pages 806-808, ISSN 0095-9553
  4. Newmark HL, Scheiner MS, Marcus M, Prabhudesai M. Stabilité de la vitamine B12 en présence de l’acide ascorbique. Am J Clin Nutr. 1976 Jun;29(6):645-9.
  5. Herbert V, Jacob E, Wong KT, Scott J, Pfeffer RD. Niveaux du sérum de vitamine B12 bas chez les patients recevant l’acide ascorbique en mégadose : étude concernant l’effet d’ascorbate sur l’essai isotope radioactif de la vitamine B12. Am J Clin Nutr. 1978 Feb;31(2):253-8.
  6. Marcus M, Prabhudesai M, Wassef S. Stabilité de la vitamine B12 en présence d’acide ascorbique dans la nourriture et le sérum : restauration de perte apparente par le cyanure. Am J Clin Nutr. 1980 Jan;33(1):137-43.
  7. Newmark HL, Scheiner JM, Marcus M, Prabhudesai M. Acide ascorbique et vitamine B12. JAMA. 1979 Nov 23;242(21):2319-20.
  8. Hogenkamp HP. L’interaction entre la vitamine C et la vitamine B12. Am J Clin Nutr. 1980 Jan;33(1):1-3.
  9. Ekvall S, Chen IW, Bozian R. L’effet supplémentaire d’acide ascorbique sur les niveaux du sérum vitamine B12 chez les patients myelomeningocele. Am J Clin Nutr. 1981 Jul;34(7):1356-61.
  10. Watson WS, Vallance BD, Muir MM, Hume R. L’effet d’ingestion de mégadose d’acide ascorbique sur l’absorption et la rétention de vitamine B12 chez l’Homme. Scott Med J. 1982 Jul;27(3):240-3.
  11. Kondo, H., Binder, M. J., Kolhouse, J. F., Smythe, W. R., Podell, E. R., & Allen, R. H. (1982). Présence et formation d’analogues cobalamine dans les pilules minérales de la multivitamine. Journal d’enquête clinique, 70(4), 889–898.
  12. Thenen SW. Effets de mégadose de vitamine C sur la vitamine B12 chez le rat. J Nutr. 1989 Aug;119(8):1107-14. PubMed PMID: 2778537.
  13. Simon JA, Hudes ES. Relation du sérum acide ascorbique au sérum de la vitamine B12, Sérum Ferritin, et Kidney Stones dans US Adults. Arch Intern Med. 1999;159(6):619-624.
  14. Ahmad I, Qadeer K, Zahid S, Sheraz MA, Ismail T, Hussain W, Ansari IA. Effet d’acide ascorbique sur la dégradation de cyanocobalamine et d’hydroxocobalamine dans la solution aqueuse : une étude cinétique AAPS PharmSciTech. 2014 Oct;15(5):1324-33.

Image : Lemon de Andrew Magill Licence : cc-by